Accueil>En savoir plus> Les transports > Transports spéciaux
Page d'accueil de l'ASSF



LES TRANSPORTS SPECIAUX


Les transports par câble aérien

Lorsque le dénivellé est trop important entre les terres exploitées et la sucrerie, qui est fréquemment installée en bordure d'un cours d'eau, il est nécessaire de trouver un moyen efficace d'organiser le transport des betteraves.

Dans le cas du chemin de fer, qui se contente de faibles pentes (5/00), les convois doivent être réduits à quelques wagons. Cette solution n'est que très rarement rentable et allonge démesurément le trajet.
La solution idéale serait de faire circuler le convoi sur un dispositif compact, organisé en Z, avec de nombreux points de rebroussement. C'est la solution retenue pour la ligne Froissy-Dompierre (voir site APPEVA), mais qui n'a pu être conservée que grâce à l'intérêt militaire stratégique  de cette zone, courant 14-18.
Pour ce qui est du transport fluvial, il était impensable d'employer une autre solution que la multiplication drastique des écluses, pour franchir ces dénivelés.
Cette solution était catastrophique, en terme de délais et de volumes convoyés.

La technique du convoyage par dispositif aérien, type téléphérique a été très rapidement mise au point dans les zones montagneuses. Elle a été reprise et adaptée par l'industrie sucrière, dès lors qu'il a fallu franchir des dénivelés supérieurs à 50m.
Cette solution s'est avérée aussi efficace pour de faibles dénivelés, tels que les passages de voies de circulation terrestres ou fluviales.
Cette technique permettait de franchir de longues portées (franchissement de fleuves), sans difficultés, aussi bien dans le sens approvisionnement que dans celui de l'élimination des déchets de traitement.

Le secteur de Soissons (02), avec ses nombreuses sucreries implantées le long de la rivière Aisne, a été un moteur favorable à la mise au point et au développement de cette technique, reprise rapidement dans d'autres sites de métropole.

Les quelques exemples qui suivent, montrent le développement de cette technologie. Nous invitons nos visiteurs à nous faire part d'exemple analogues, dans d'autres lieux et à nous transmettre tous documents relatifs à ce système.

 

Exemple de franchissement de chaussée
 
Bucy le transporteur
Le transporteur aérien de la sucrerie de Bucy-le-Long (02) visible au fond de l'image. Dénivelé d'environ 50m.
Remerciements à M. Daniel PANTEL
Une réalisation spectaculaire

Ce dossier a été réalisé à partir de documents aimablement fournis par notre ami italien Ugo Garutti. Merci d'en respecter les droits de propriété.
Qu'il en soit remercié. Visitez aussi son site qui décrit la sucrerie de Jolanda de Savoia dans la province de Ferrare :
http://www.ugogarutti.it
  ou contactez-le par mail :  info@ugogarutti.it
Le téléphérique de la sucrerie de Cavanella Pô
La sucrerie de Cavanella Pô a été construite en 1905, sur les rives du Fleuve Pô, non loin de son embouchure, dans le Nord de l'Italie, par la société de "sucrerie et distillerie" Gulinelli. Elle a été ensuite reprise par le groupe Eridania. Elle a fonctionné jusqu'en 1972-73.

L'installation citée dans cet article a été décidée en 1924, à Cavanella Pô, par les dirigeants de la sucrerie en franchissement du fleuve Pô. Ce fleuve impétueux a un régime de fleuve montagnard imprévisible, à l'image de notre Loire en France.

Ses crues spectaculaires, ont été décrites dans le film "Don Camillo", avec Fernandel, bien connu de nos amis cinéphiles.
carte
La sucrerie de Cavanella Pô est implantée sur la rive gauche du fleuve, en zone non innondable et à proximité des voies de transport routier et ferroviaires principales.
La rive droite est une grande plaine limoneuse, favorable aux exploitations agricoles de tout genre, dont la betterave sucrière.

A l'endroit de l'installation, le lit du fleuve fait environ 400m de large et les forts courants ne sont pas propices à la navigation par barges lourdes. Le transport par voie terrestre se heurte aussi à plusieurs problèmes techniques.
fleuve Po

Dans cette région, le réseau routier ne comporte que quelques ponts, distants de 15 à 20 km les uns des autres, pour franchir le fleuve.
Le climat local nécessite que la production betteravière soit traitée au plus vite après la récolte, pour éviter la déperdition rapide en sucre.
Les routes sont souvent embourbées à la saison de la récolte, et la noria de camions, nécessaires au transport, doit effectuer un long détour, pour franchir le fleuve.

Les concepteurs de la sucrerie ont donc étudié la possibilité d'effectuer le transport par voie aérienne, des betteraves dans un sens et des pulpes dans le sens inverse.

Le téléphérique, ainsi conçu, a une longueur totale de 1,2 Km et culmine à 30m au dessus du fleuve.

Téléphérique
téléphérique
Il comporte deux pilônes principaux (30m) sur les deux rives du fleuve et un pilône secondaire sur la rive droite pour échapper le réseau routier.

L'ensemble doit résister aux forts vents qui descendent régulièrement le cours du fleuve, depuis les Alpes.
pilone
Toute l'installation est motorisée par un seul groupe d'entraînement électrique, situé du côté de la sucrerie. Les bennes sont déchargée dans des fosses de réception. Les betteraves sont ensuite transportées par un petit système Decauville jusqu'aux trémies de chargement de la sucrerie.
motorisation

En outre un filet de protection est installé, à l'arrivée, pour protéger les réseaux de transport et les constructions situés sous le câble.
Au retour, les bennes sont chargées de pulpe, qui sera ensilée sur la rive droite, après déchargement dans une fosse de réception.

Cette installation a fonctionné entre les années 1924 et 1972, date à laquelle il a été démantelé, conjointement à l'arrêt des activités de la sucrerie.  Il n'en subsiste plus de traces aujourd'hui.

La sucrerie attenante est partiellement détruite.

protection

Les transports par monorail suspendu
Ce type de transport est souvent réservé à des trajets courts mais
dont le rendement doit être plus élevé qu'avec un téléphérique.
Il emploie cependant le même type de bennes.

Port Salut
Le transporteur monorail de la sucrerie de Port-Salut (60)
Les wagonnets suspendus étaient chargés sur le quai, au bord de l'Oise, situé à une centaine de mètres
monorail
Le transporteur monorail de Blérancourt (02) marqué ici par la flèche rouge.
Nassandres
Un équipement équivalent à Nassandres, au premier plan. Notez la passerelle qui surplombe et protège les voies de chemin de fer.
Ne pas confondre !
bucy
Cette vue de l'établissement de Bucy-le-Long (02) pourrait faire penser à un transporteur aérien.
Il s'agit en réalité des portiques supportant le pont roulant de la grue de chargement des betteraves.
(Voir aussi la rubrique "On en parle/Sucreries et 7eme art")

Les transports par funiculaire

Cette technique a été employée à la sucrerie de Nassandre (Eure).

Extraits du Blog de Michel Nioulou, "Attelages Bovins d'Aujourd'hui", auteur Etienne Petitclerc avec leurs aimables autorisations :

" L’usine se situe dans la vallée de la Risle mais les cultures s’étendent sur le plateau du Neubourg, compris entre les vallées de la Risle, de l’Eure et de la Seine. .........

..............Funiculaire, ponts à bascule, wagons
Comme on l’a vu plus haut, la culture (située sur le plateau) est séparée de l’usine (dans la vallée) par une côte longue et difficile.
Pour économiser les attelages – en nombre, en usure et pour gagner du temps – on a installé un véritable chemin de fer funiculaire de 300 mètres. Aux deux extrémités d’un câble se trouvent deux « wagons » ou « trucs » ..........."
Pour en savoir plus :

http://attelagesbovinsdaujourdhui.unblog.fr/2013/11/11/les-boeufs-de-nassandres-par-etienne-petitclerc/

Un autre site intéressant :
http://www.normannia.info/document/duval1900.html

Notes sur l'exploitation agricole de Nassandres (Eure)  
Auteur  Louis Duval Images extraites de l'ouvrage :
 

 

 


      La société des Transporteurs Aériens MONZIES

Monziès (Transporteurs aériens), construction de tous appareils transporteurs et téléfériques (société créée en 1927) Liquidation judiciaire le 30 juillet 1937.

Un ancien nous a confié des clichés pouvant dater des années 30, au vu des tenues des ouvriers et de l'encadrement.

Ces vues montrent les différents dispositifs de transport aérien mis en oeuvre par l'entreprise.
Avec nos sincères remerciements.

Merci de respecter les droits de propriété, si vous souhaitez faire usage de ces documents. © T.A. Monziès & ASSF

ASSF & MONZIES
Le dispositif d'arrivée des bennes suspendues
ASSF & MONZIES
Franchissement des voies de chargement
ASSF & MONZIES
Le terminal de débranchement des bennes.
ASSF & MONZIES
Récupération d'une benne débranchée
ASSF & MONZIES
Une vue sur la noria du terminal avec le système d'entrainement
ASSF & MONZIES
Détail du système d'entrainement
ASSF & MONZIES
Autre dispositif d'arrivée au sol.
ASSF & MONZIES
Système de basculement automatique des bennes
et vidage dans une trémie.
Et pour en savoir plus

          Les convoyeurs à bandes

développement à venir

Quelques images provenant des Etablissements Métallurgiques BOYER
  rue Lecat à St Quentin (Aisne)


Merci de respecter les droits de propriété, si vous souhaitez faire usage de ces documents. © Ets. BOYER & ASSF
 ASSF & Ets BOYER
ASSF & Ets BOYER
ASSF & BOYER