Page d'accueil de l'ASSF
          Accueil>Sucrerie de Francières>Eléments extérieurs>les bascules

 

 

 

LES BASCULES DE LA SUCRERIE



Francières n'a jamais eu de râperie annexe, bien que certains aient cru en voir une à Moyvillers.

Par contre, comme toutes les consoeurs, elle a disposé de plusieurs bascules aux alentours. Ces bascules qui permettaient de négocier des contrats avec des planteurs éloignés en limitant leurs distances de livraison et évitant un encombrement de charrois à l'usine.

Elles variaient selon les périodes, planteurs s'adressant à une autre usine ou autre usine venant prospecter sur notre territoire.

Il est difficile d'en dresser une liste exacte et surtout de définir leur période de fonctionnement d'après les simples allusions découvertes dans les comptes rendus du Conseil d'administration de la SDF à partir de 1884.

Certaines devaient dater d'avant la constitution de la SDF.

En voici l'énumération par ordre alphabétique :

Angivillers (près de Saint-Just) : créée en 1897 car on proposait un échange à la sucrerie de Saint-Just avec la bascule de Montiers.
Beaupuits (commune de Grandvillers aux Bois) : signalée en 1897, rappelée en 1901 mais peut-être s'agit-il d'une nouvelle.
Bois de Coupelle (Grandvillers aux Bois) : la distillerie fermant en 1912, le CA envisage de reprendre sa bascule « en bonne état ».
Eloges (commune de Bailleul le Soc) : existe en 1890.
Emeville ( près de Villers-Cotteret) : existe en 1896 depuis ?, sur les terres de M.Parmentier.
Eraine (Bailleul le Soc) : mentionnée en 1896. En 1901, le fermier traitant avec Froyères, la bascule lui est vendue. On propose de la reprendre en 1911.
C'est la seule encore existante, reproduite dans notre site Internet à « annexes » dans l'historique.
Estrées saint Denis : la décision de la créer date de décembre 1898. Elle fonctionne en 1899 et en 1921 on parle de « l'ancienne bascule »
Gannes (au Nord de Saint-Just) : signalée en 1897.

Gournay sur Aronde : envisagée en 1909 lors de la négociation de 60 ha avec les cultivateurs locaux. On ne sait si elle a été construite.
Lachelle : décidée en décembre 1898 Laneuvilleroy : fonctionne en 1897. On en rachète une d’occasion en 1901 pour compenser la perte de celle d’Eraine.
Montiers (à l’ouest de Gournay) : en 1898 on en propose l'échange avec celle de Angivillers à la sucrerie de St Just.
Moyenneville (même secteur) : Signalée en 1897. On en reparle en 1901. La même ?
Remy : en cours de travaux en septembre 1898. Fonctionne en 1899.
Rouvillers : on en parle en 1890 mais elle semble dater d'avant 1885.
En 1896 on refuse d'installer une deuxième bascule « qui profiterait aux autres » et en 1905 on refuse de la céder à la distillerie Dumont en échange d'1 ha au Bois de Fresnel.
Tricot (entre Ressons et Montdidier) : signalée en 1897.
Wacquemoulin : en cours de discussion en décembre 1898 avec Mme Pracquin, planteur. Elle fonctionne en 1899 et en 1913, on n'en modifie l'emplacement.

La bascule d'Eraine

Il ne subsiste plus qu'une seule des bascules ayant fonctionné au large de la sucrerie.

Elle est situé à Eraine, à 5 kilomètres à vol d'oiseau au sud-ouest de la sucrerie.
Placée à l'entrée du village, à droite en venant d'Estrées Saint Denis sur la D 152.

C'est un bâtiment bâti en briques et recouvert de tuiles mécaniques, avec son guichet.
La plate forme a disparu.
 

Par ailleurs, en 1897, le bruit courant que Saint Just allait fermer, on a envisagé de créer une bascule en gare de Ravenel ou en gare d’Angivillers.

EXISTENCES CERTAINES :
-En 1897 : Tricot, Moyenneville, Laneuvilleroy, Beaupuits, Eraine, Rouvillers, Gannes, Emeville.
-En 1899 : sont citées : Remy, Estrées, Wacquemoulin
-En 1901 : on donne trois bascules nouvelles, Beaupuits, Laneuvilleroy et Moyenneville en mentionnant qu'il existe six autres bascules.