Accueil>Sucreries de Métropole>Picardie>Oise>Choisy-la-Victoire (Froyères)
               Logo ASSF

Sucrerie de Choisy-la-Victoire (Froyères)

La Sucrerie de Froyères vue par un artiste des années cinquante. Document aimablement transmis par Monsieur Frédéric Charlatte.
Avec nos plus vifs remerciements pour ce superbe document à comparer avec la photo datant de la même époque.
Froyères

 

 Jadis...(début XX° s.) - La cour. Coll. Deleplanque,  et naguère... (2002) - Cliché J. Hiquebrant

Légende du plan : A. Maison de l’aiguilleur B. Halle à pierres à chaux C. Four à chaux D. Cheminée E. Gazomètre F. Générateurs G. Maisons d’ouvriers H. Entrepôt I. Réfrigérant J. Bouverie K. Bouverie L. Bascule M. Cour N. Cantine O. Jardin P. Fosse de décantation.

Etat général des propriétés dressé le 16 janvier 1893 par les Ets Boullenger, Chevallier et Cie. A.D.O.

Petit historique de la sucrerie

Créée en 1856, on la retrouve en 1877 sous l'appellation DANIEL et Cie, en 1889 Boullenger, Chevalier et Cie.
Monsieur Jean Pierre BESSE dit que l'agriculteur propriétaire, Monsieur Boullenger, créa en 1898 une S.A. avec d'autres agriculteurs. Parmi les faits marquants, on relève un incendie en 1885 où la mélasse, vendue par Francières, fut détruite. L'usine connut plusieurs phases de modernisation en 1901, 1909, 1930.

Les annuaires sucriers de 1913 à 1939 font état d'une S.A. dont Monsieur Rousseau est l'administrateur. Lequel fut écarté en 1946 par Monsieur Michel Duchêne de Chevrières. Monsieur Rousseau, ayant brandit la menace de son départ à plusieurs reprises lors de désaccords, fut finalement pris au mot.

A noter une distillerie en 1951 Duchêne et Cie.

Deux fermes adjointes : Froyères et Blincourt. L'établissement ferma en 1958. Ont été réalisées par le personnel : une coopérative ayant très bien et longtemps fonctionné, une équipe de foot-ball fut créée et une école appartenant à la sucrerie fut ouverte de l'autre côté de la nationale 31. Le bâtiment subsiste toujours sous la forme d'une jardinerie. Les logements du personnel sont encore conservés en activité.
Fin 2002 début 2003, les installations principales furent rasées et remplacées par une base logistique d'automobiles, filiale de la SNCF.

Nous possédons une série de photographies prises avant la destruction, que nous mettrons en ligne dès que possible.

 

 

Retour